Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

photo 2

Ceci n’est pas une chronique mais une déclaration d’amour pour ce roman jeunesse. Les fiancés de l’hiver est le premier tome de la série La Passe-Miroir, publié aux éditions Gallimard Jeunesse.

C’est sûrement LE livre jeunesse français dont j’ai entendu le plus de bien ces deux dernières années. Je ne savais rien de l’histoire avant de le commencer mais j’avais presque peur de lire ce livre et de ne pas comprendre l’engouement général de Booktube et de la blogosphère.

L’héroïne de ce livre s’appelle Ophélie, elle vit sur l’Arche d’Anima et elle a deux talents : celui de lire le passé des objets lorsqu’elle les touche mais aussi celui de passer à travers les miroirs. Dés le début du livre on apprend qu’elle est promise en mariage à un homme du nom de Thorn qui vit au Pôle au sein d’une sorte de Citadelle flottante. Ophélie doit quitter le monde qu’elle a toujours connu et sa famille pour le suivre. Tout le long du roman elle est confrontée à l’univers sombre, dangereux et impitoyable du Pôle, elle doit affronter plusieurs épreuves et surtout cacher son identité.

C’est un univers unique, difficile à décrire ou à catégoriser. Il rassemble des éléments de steampunk, de fantasy, de contes. Cependant ce type d’histoire permet de constater la maîtrise et le talent de l’auteure qui nous révèle des informations sur cet univers complexe et élaboré au fur et à mesure mais sans jamais plonger le lecteur dans la confusion.

Ophélie est une héroïne qui m’a touché. J’avais l’impression que cette jeune fille avec ses longs cheveux bruns, ses lunettes et son écharpe multicolore toute abîmée était une amie que je connaissais depuis longtemps. Concernant le personnage de Thorn je ne sais toujours pas quoi penser de lui. Il m’intrigue énormément. Son personnage m’a beaucoup fait penser à Mr Rochester dans Jane Eyre de Charlotte Brontë.

Outre l’intrigue et les personnages, c’est le style d’écriture qui m’a conquise. J’ai rarement vu en littérature jeunesse française ces dernières années un style d’écriture aussi beau que celui de Christelle Dabos. Chaque phrase est belle, lyrique, juste. Tout le long du livre j’avais envie de lire à haute voix. La plupart du temps en littérature jeunesse je trouve toujours des petits défauts, des dialogues qui sonnent faux. Pour Les fiancés de l’hiver tout était parfait. Voici un exemple d’une phrase qui vous dévoile la beauté des mots de Christelle Dabos : « À travers un couloir de nuages empourprés de crépuscule, la lune se détachait déjà sur la toile mauve du ciel comme une assiette en porcelaine. »

Ce roman est le premier livre publié de cette auteure ce qui est remarquable. Cette publication elle l’a remporté grâce à un concours du premier roman jeunesse lancé par Gallimard Jeunesse et RTL. Heureusement que ce concours a révélé ce petit bijou et le talent de cette auteure que je compte maintenant suivre. J’étais admirative en lisant ce livre, c’est le genre de livre que j’aurai aimé avoir écrit. Les fiancés de l’hiver m’a touché, cette histoire représente tout ce que j’aime en littérature jeunesse, en fiction.

Je pense vraiment ne pas avoir rencontré ces dernières années ce type de littérature jeunesse très imaginative depuis ma lecture d’Harry Potter de J.K. Rowling ou de A la croisée des mondes de Philip Pullman. J’ai hâte de me plonger dans le deuxième tome Les Disparus du Clairdelune.

photo 3

Publicités

14 réflexions sur “Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s