The tenant of Wildfell Hall d’Anne Brontë

IMG_9500

Livre d’avril pour mon British Classics Challenge (voir l’article ici).

La vie tranquille de Gilbert Markham, jeune agriculteur, va être bouleversée par l’arrivée dans son village de personnes inconnues. En effet, Mrs Helen Graham et son fils sont les nouveaux locataires du manoir vieux et délabré de Wildfell. Tout de suite ils alimentent les rumeurs du village : pourquoi vit-elle seule avec son enfant? Cache-t-elle un secret? D’où vient-elle? Pourquoi Frederick Lawrence, leur voisin, les protège-t-ils?

J’ai été très agréablement surprise par la façon dont commence le roman. Je pensais découvrir directement l’histoire de cette femme, de la locataire de Wildfell Hall comme l’indique le titre mais à la place on découvre Gilbert. Celui-ci écrit une lettre à un ami et il décide de lui raconter son histoire et celle de Mrs Graham. On se sent tout de suite proche du narrateur car il nous fait part de ses souvenirs à la façon d’un journal. Au début on ne voit Mrs Graham que de loin ce qui la rend encore plus mystérieuse. La structure narrative est très intelligente et pleine de rebondissements car par la suite on découvre l’histoire de Mrs Graham avec sa propre plume mais je ne peux pas vous en dire plus.

C’est un roman qui montre l’importance du choix d’un mari. Un roman criant de vérité qui dépeint la souffrance psychologique au sein d’un mariage que peut subir une femme face à la débauche de son mari. Quand on sait qu’Anne Brontë s’est inspirée de son propre frère pour décrire les comportements de violence, débauche, alcoolisme, on comprend pourquoi ce roman est si poignant et réaliste. Malgré le fait que Mrs Graham soit l’héroïne on suit également plusieurs couples de personnages. Anne Brontë livre des exemples de mariage différents entre mensonge, dépression, rédemption et amour pur.

C’est un roman qui fait énormément réfléchir sur les relations amoureuses et le sacrement du mariage car l’élément spirituel est présent dans ce roman comme dans Agnès Grey. J’ai admiré la puissance de la foi de Mrs Graham face aux erreurs de son mari. Tout comme dans Agnès Grey il y a aussi une réflexion sur l’éducation. Ici Mrs Graham tente par tous les moyens de protéger son fils, de l’empêcher de devenir un homme comme son père mais par conséquence elle l’empêche de vivre.

C’est un livre extrêmement moderne, un des tout premiers romans féministes et je vous le recommande ! Je ne comprend pas pourquoi Anne est toujours celle qui est dans l’ombre de ses sœurs Emily et Charlotte… Malheureusement Anne Brontë est morte jeune à l’âge de 29 ans, elle n’a publié que deux livres. Je pense que mon livre préféré reste son premier livre Agnès Grey (chronique ici).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s