La part des flammes de Gaëlle Nohant

IMG_1404

Je vous présente aujourd’hui un énorme coup de cœur. Pour le moment La part des flammes et mon roman préféré de l’année !
La part des flammes est un roman historique publié en 2015 par les éditions Héloïse d’Ormesson, il a été réédité par Le livre de poche en 2016 et a obtenu Le Prix du livre France Bleu / Page des libraires en 2015.
Le roman débute à Paris à la fin du XIXème siècle et suit le destin de trois femmes. L’histoire se concentre autour d’un événement mondain majeur, une vente de charité qui a lieu chaque année pendant trois jours. En dépit des rumeurs la duchesse d’Alençon (qui est aussi la petite sœur de l’impératrice Sisi) accueille sur son stand Violaine de Raezal, veuve au passé sulfureux et Constance d’Estingel qui vient de rompre ses fiançailles. Leurs destins vont être liés suite à l’incendie du Bazar de la Charité.


Si vous devez acheter un livre cette année il faut que ce soit La part des flammes ! Ce roman est une perle.
Le style d’écriture de l’auteure et les personnages sont les éléments qui m’ont conquise dès le début.
Le style d’écriture est si beau, élégant, délicat. À plusieurs reprises je relisais certaines phrases car j’étais subjuguée par la beauté des mots que Gaëlle Nohant emploie. Vous pouvez retrouver à la fin de cet article quelques citations pour vous donner une idée de son style sans vous dévoiler l’histoire. C’est avec ce genre de livres qu’on apprécie le talent d’un auteur qui arrive avec des simples mots à nous toucher et à permettre au lecteur de complètement s’évader.
Je me suis tellement attachée à tous les personnages durant ma lecture grâce à l’alternance des points de vue : Constance d’Estingel, la comtesse de Raezal, Mary Holgart, Joseph, la duchesse d’Alençon, Laszlo de Nérac… Ceux-ci sont les personnages principaux mais ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre c’est que Gaëlle Nohant mentionne énormément de gens aux vies et catégories sociales différentes. Dans chaque chapitre elle mentionne une femme, un homme ou une famille et nous donne une sorte de vignette de vie qui en quelques mots attendrie le lecteur.
Les trois personnages principaux sont des femmes et ce roman historique permet de découvrir la condition féminine à cette époque. Ces femmes qui ne sont que des poupées passées de main en main tout au long de leurs vies tout d’abord avec leur père puis avec leur mari. Au sein de ses trois femmes il y a Sophie d’Alençon qui est le personnage qui les relie et les unie tout autant que l’incendie.
Le roman est poignant dans sa description des différences entre les classes sociales. Ces parisiens ont tous des vies différentes mais toutes ces vies vont être liées suite à  l’incendie du Bazar de la Charité. L’intrigue de ce livre est basée sur les répercussions, l’impact de cet incendie sur les personnages, la vie mondaine et Paris en général.
J’avais l’impression de vivre cet incendie qui est un fait réel mais oublié aujourd’hui. En lisant ce livre je ressentais presque la puissance des flammes ou alors j’étais angoissée comme si j’attendais moi-même des nouvelles de mes proches. Gaëlle Nohant montre comment cet incendie va bouleverser des générations, changer les gens, leurs perspective de la vie. Ce roman historique dans son traitement du malheur est tellement moderne et intemporel d’autant plus dans notre contexte. Certains passages sont tellement similaires à tout ce qu’on a vécu à Paris en novembre 2015 lors des attentats…
J’avais l’impression durant cette lecture de vivre un moment du passé. C’est un bonheur de lire un livre historique aussi bien documenté ! Cette histoire extrêmement romanesque et sensible plonge complètement son lecteur dans le Paris de la fin du XIXème siècle.
Après des mois d’abandon de lectures, de déceptions littéraires, j’ai adoré lire ce livre dès les premières pages et j’essayais de ne pas le lire trop vite pour le savourer autant que possible.
Par ailleurs, ma rencontre avec ce roman est belle. Ce jour-là je passais la journée avec une amie de lycée que je n’avais pas vu depuis 6 ans. En faisant le tour des librairies de Bordeaux nous avons décidé d’acheter La part des flammes pour le lire en même temps. Cette lecture commune est donc encore plus précieuse qu’une lecture ordinaire puisque durant 3 jours on l’a commenté avidement par sms.
Vous l’avez compris je vous recommande vivement ce livre !!
Voici quelques vidéos pour vous convaincre un peu plus :
– Mollat a réalisé une vidéo avec Gaëlle Nohant sur les lieux de l’incendie ou a été bâti une chapelle (j’ai maintenant hâte de retourner à Paris pour la visiter).
– La chronique enthousiaste de Gérard Collard.
– Enfin la vidéo d’une rencontre avec Gaëlle Nohant à la librairie « Le Forum du Livre » à Rennes. Dans cette longue vidéo elle parle de son processus d’écriture, de ses recherches, etc.
Les citations :
« elle […] passa le reste du jouer à trier sa correspondance, ses mains grêlées de taches tremblant doucement sur le bois ciré de son secrétaire. »
« Il mourrait pour le duc s’il le lui demandait. Il mourrait pour la duchesse sans qu’elle le lui demandât. »
« Elles se turent dans le silence de l’église, à l’abri de cette clairière de pierre illuminée de vitraux où les saints du Moyen Age montaient la garde. »
« Le mot amour s’arrondissait autour de vous mais il y avait quelque chose de coupant dans sa douceur, sa confiture enrobait une amertume qui vous fendait la lèvre. »
« Ses mots peu à peu s’étaient frayé un chemin entre les ronces qui protégeaient son cœur altier, ouvrant une voie perdue dès l’origine. »
« Merci, murmura-t-elle, attandant son regard dans le sien, et elle vit trembler ce visage abîmé dont la beauté l’émouvait car elle sourdait de l’âme de cet home. »
« Elle partageait ces quelques jours avec tous les retirés du monde, tous ceux qui puisaient la sève de leur existence dans ces longues minutes contemplatives qui les rassasiaient de silence. »
« Elle n’était plus que ce souffle exténué, cette flamme mourante, cette forme agenouillée sur le sol humide. »

 

Advertisements

8 réflexions sur “La part des flammes de Gaëlle Nohant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s