Rose de Tatiana de Rosnay

13731671_10210341473038363_6938699917318941817_n

Après avoir adoré La part des flammes j’avais encore envie de lire un roman historique qui se déroule au XIXe siècle à Paris et j’avais ce livre dans ma PAL depuis longtemps. Par ailleurs, c’est le premier livre de Tatiana de Rosnay que je lis et j’ai maintenant envie de découvrir le reste de sa bibliographie car j’ai beaucoup aimé Rose.

A Paris sous le Second Empire, la baron Haussman entreprend de grands travaux dans la ville, détruit des quartiers entier et exproprie ses habitants. Un jour, Rose Bazelet reçoit un courrier du préfet lui annonçant que sa maison va être détruite.

Publié en grand format aux éditions Héloïse d’Ormesson et en poche chez Le livre de poche.

Le personnage de Rose m’a touchée. Je lis peu de livre du point de vue d’une vieille dame et suivre sa vie quotidienne, pleine de simplicité mais de petits bonheurs m’a beaucoup émue. La destruction de ce quartier ce n’est pas simplement la destruction de biens matériels mais d’un univers important pour les personnages qui y vivent. La maison est devenu un lieu de souvenirs, d’autant plus qu’à cet époque c’est un lieu qui représente toutes les étapes de la vie : on naît et meurt dans sa maison.

Je suis tombée amoureuse de ce quartier tout au long de ma lecture. De la solidarité entre voisins, des petits commerces où tout le monde se connait : le libraire, la fleuriste, l’imprimeur et le médecin. C’est un type de vie que j’aimerai tellement vivre et qu’on retrouve encore un peu surtout en province. L’écriture de Tatiana de Rosney est élégante et classique. J’avais vraiment l’impression de faire partie de ce quartier.

Tatiana de Rosnay dans ce livre montre à quel point ces travaux ont bouleversé et changé  la vie des parisiens. C’est la confrontation entre des parisiens qui aime le vieux Paris médiéval avec ses allées sombres et tortueuses, son charme pittoresque et les parisiens qui veulent ses grands boulevards censés améliorer l’état sanitaire de la ville. Cet appel à la modernité c’est le Paris que l’on connait aujourd’hui. C’est un sujet récurrent dans les romans publiés à cette époque notamment avec Zola. Dans ce roman on réalise le traumatisme que ce changement opère chez certains parisiens dont les quartiers sont de petits villages.

Rose retrace sa vie à travers des lettres qu’elle écrit à son défunt mari, leur rencontre, leur vie dans ce quartier qu’ils n’ont jamais quitté. Il n’y a pas seulement ces lettres à son mari dans ce livre mais aussi le récit est entrecoupé d’autres lettres qu’on lui a écrit et qu’elle a toujours conservé. Des lettres de son mari, de sa belle-mère, de ses enfants, de voisins. Vous savez a quel point j’aime la littérature épistolaire. Tatitana de Rosnay a écrit de très belles phrases sur ce sujet :

« Parfois, je sors une lettre, la lis, lentement, comme si je la découvrais. Une lettre peut révéler tant d’intimité ! Une écriture familière a la même force qu’une voix. Le parfum qui émane du papier fait battre mon cœur plus vite. »

Rose tout au long de ce livre va se battre pour sauver la demeure familiale de son mari qui contient les souvenirs de cet homme qu’elle a tant aimé. Mais il y a aussi un secret qu’elle cache et que le lecteur découvre à la fin du livre. Cette fin justement m’a brisé le cœur. C’est un roman auquel je vais penser la prochaine fois que je me baladerai dans les rues de Paris.

 

Advertisements

2 réflexions sur “Rose de Tatiana de Rosnay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s