L’homme qui voyait à travers les visages d’Éric-Emmanuel Schmitt

visagesEric Emmanuel Schmitt est un de mes auteurs préférés mais dernièrement j’ai été déçue par ses publications notamment L’élixir d’amour et Les perroquets de la place d’Arezzo (à l’exception de La nuit de feu qui faisait partie de mes meilleures lectures de 2015). Pour ce nouveau livre publié à l’occasion de la rentrée littéraire 2016 mon avis est encore une fois mitigé.

L’homme qui voyait à travers les visages commence le jour d’un attentat à la sortie d’une église et Augustin, stagiaire pour un journal local, voit tout. Augustin à un don particulier :  » voir à travers les visages et percevoir autour de chacun les êtres minuscules – souvenirs, anges ou démons – qui le motivent ou le hantent ».

Lire la suite »

Publicités

Un bûcher sous la neige de Susan Fletcher

51i8xafk59l-_sx331_bo1204203200_Comment trouver les mots pour vous parler de ce livre unique, sublime, qui a marqué mon cœur…

Charles Leslie un pasteur irlandais, fervent jacobite, est en route pour la vallée de Glen Coe en Écosse quelques jours après avoir entendu parlé du massacre du clan MacDonald qui a eu lieu le 13 février 1692 perpétré par des soldats anglais qui étaient leurs invités pendant plusieurs jours. Il se retrouve stoppé par la neige dans la ville d’Inverary . Dans cette même ville une jeune femme est emprisonnée et accusée de sorcellerie. En apprenant que Corrag a assisté au massacre de Glencoe, Charles décidé d’aller la voir en prison pour tenter de glaner des informations sur ce massacre. Lorsqu’il lui rend visite Corrag accepte de lui révéler ce qu’elle a vu a condition qu’il accepte de l’écouter jusqu’au bout. A l’approche de la mort Corrag veut partager l’histoire de sa vie.

Lire la suite »

Des âmes simples de Pierre Adrian

desamessimples_5« Ce qui repousse les caméras m’attire. Ceux qui trébuchent, ceux qu’on ne voit pas. J’aime le fond de la classe. Le saccage et le sursaut, la poudrière, le foutoir, la beauté, les rêveurs : tout est au fond, chez les invisibles. Au fond des vallées.  » 

Le narrateur de ce livre est un jeune parisien de vingt-quatre ans dont on ne connait pas le nom (l’auteur lui-même peut-être?). Il retourne dans la vallée d’Aspe ou cette fois-ci il compte rester un moment jusqu’à Noël au sein du monastère de Sarrance. Il suit la vie et le quotidien du curé de cette vallée. Depuis cinquante ans le frère Pierre est au centre de la vie des habitants, du baptême à la mort.

Lire la suite »